Historique

FloraQuebeca naquit d’abord dans l’esprit de trois femmes: Isabelle Dupras, Thérèse Romer et Gisèle Lamoureux. Au début de 1996, toutes trois s’inquiétaient de la récolte intensive de plantes sauvages à des fins commerciales au Québec.

Isabelle et Thérèse œuvrant dans le domaine horticole, témoignaient d’abus dans ce commerce. Elles désiraient sensibiliser tant les commerçants que les clients aux dangers de certaines pratiques pour la flore. Elles souhaitaient l’établissement d’un code d’éthique dans ce domaine.

Avec Fleurbec, Gisèle préparait Flore printanière, traitant des plantes forestières. Elle découvrait que ces plantes présentent une croissance lente, grandissent pendant 10, 15 et même 25 ans avant de fleurir. Depuis à peine un an, un règlement protégeait l’ail des bois, visant à stopper sa raréfaction due au commerce à des fins alimentaires. Ce règlement arrivait après 15 ans de sensibilisation et de pressions, un dossier initié et défendu tout ce temps par Gisèle, en collaboration avec l’Association des biologistes du Québec.

Et en arrière plan aussi, l’histoire du ginseng, presque disparu en à peine 30 ans de récoltes commerciales à des fins médicinales.

Ces expériences avaient préparé la rencontre mémorable de ces trois femmes, déterminées à protéger la flore contre la cueillette abusive à des fins commerciales, que ce soit à des fins horticoles, alimentaires ou médicinales. Quant à rêver, elles visaient encore plus grand: une association vouée à la connaissance, à la promotion et surtout à la protection de la flore et des paysages végétaux du Québec.

Pour fêter le printemps 1996, elles organisent une assemblée de fondation pour le 23 mars 1996, au Biodôme. Elles lancent une convocation qui trouve écho dans les diverses associations apparentées, tant en botanique qu’en horticulture (voir le Communiqué «Création d’une association pour la protection de la flore indigène»).

C’est un franc succès: plus de 150 personnes participent à l’assemblée de fondation. Thérèse propose le Règlement général et rend compte des démarches d’incorporation qu’elle a déjà amorcées au nom des trois membres du conseil d’administration provisoire (Gisèle, Thérèse et Célyne Lafrance), Gisèle propose le nom FloraQuebeca et Célyne ouvre les livres comptables. L’assemblée a l’honneur d’entendre le ministre de l’Environnement, David Cliche, prononcer une allocution et annoncer la désignation imminente de 10 plantes menacées ou vulnérables, qui s’ajoutent aux 9 existantes.

Lors de cette assemblée se forme un premier conseil d’administration de six personnes: Gisèle, Thérèse, Célyne, Isabelle, Andrée Nault et Stuart Hay. Trois comités permanents se créent: Communications, Plantes rares et Excursions, de même que 6 comités ad hoc: Commerce des plantes indigènes à des fins horticoles, Répertoire des botanistes expérimentés, Escouade des petits coups vites, Cueillette et développement durable, Sauvetages des plantes indigènes, Sites protégés. Tous ces comités comptent une personne responsable et un premier canevas de travail! L’assemblée souhaite la formation de 6 autres comités… qui restent orphelins, faute de personnes disposées à les prendre en charge.

En peu de temps, grâce au travail diligent de Denis Paquette, naît le premier numéro du bulletin, daté du printemps 1996 et relatant les détails de la réunion de la fondation. Bien sûr, on y sent l’enthousiasme d’un super grand départ. Le deuxième numéro paraît à l’été 1996, et l’éditorial de Thérèse Romer annonce que nous sommes déjà 250 membres. Ce numéro nous présente notre superbe logo, créé par Louise Tanguay, graphiste et photographe (maintenant de grande renommée: louisetanguay.com), une amie de Thérèse.

C’est parti …

À peine un mois après l’assemblée de fondation, le 26 avril 1996, nous recevons nos lettres patentes.

Texte de Marie-Hélène Fraser et Gisèle Lamoureux

 

Vous trouverez également ci-dessous une affiche de l’Opération Trille ainsi que le premier dépliant écrit par les membres de FloraQuebeca.

1er communiqué; Convocation pour le 23mars1996 : Création d’une association pour la protection de la flore indigène

1er dépliant 1997

Opération Trille